La Fonderie

La Fonderie Marinelli

Le son des cloches nous parvient inchangé du passé, c’est un chant éternel, un poème, une prière, un avertissement, une invitation au partage et à la fraternité, car comme le dit le pape François : “Soit nous sommes tous frères, soit tout s’écroule”.

Une voix, une invocation, qui est un appel à la miséricorde divine, à l’espérance, un symbole universel de foi, de culture, d’art, d’histoire, capable de souligner des pages significatives de l’existence humaine, de marquer le temps de la vie professionnelle quotidienne.

L’histoire des fondeurs de cloches Marinelli s’étend sur plusieurs millénaires. Ils sont les seuls survivants des dynasties de sonneurs d’Agnone, qui ont transmis de père en fils la merveilleuse et unique tradition de la sonnerie de cloches avant même l’an mille.

Berengario Amorosa a écrit dans son essai “Il Molise” de 1924 : “L’art de couler les cloches est une ancienne spécialité des artisans d’Agnonese. Il remonte à très loin. Les plus renommés furent les Marinelli, qui furent les premiers à étudier et à obtenir les accords des cloches, en faisant des expériences patientes et intéressantes sur les proportions de métal correspondant à l’échelle musicale des sept tons majeurs. Ils ont finalement réussi à faire sonner les cloches dans l’ordre musical”.

Tommaso Marinelli, dans son“Memoria dell’arte delle campanepublié en 1888, indique les caractéristiques d’un bon fondeur de cloches : “Avant tout, je dois vous dire qu’il faut être un homme de bien, honnête et craignant Dieu ; et puis il faut avoir quelque instruction en arithmétique, en dessin, et si possible même en géométrie, sans négliger les principes de la musique, en ce qui concerne la connaissance et la distinction des sons, si l’on veut faire des cloches conformes”.

Combien de carillons dans le monde. Du centre intéressant et évocateur d’Agnone, situé au cœur du Molise supérieur, dans le centre de l’Italie, provient une longue traînée de carillons marquant les moments de joie et de tristesse. Des carillons endeuillés qui commémorent les morts de toutes les guerres (Genzano della Lucania, Antillo), à la perte de tant de vies dans les tremblements de terre (L’Aquila, San Giuliano di Puglia) ; des tragédies dans les mines (Marcinelle, Monongah, Arsia-Istria) aux attentats (World Center New York). Si l’on se penche sur l’histoire du travail des Marinellis, la liste devient interminable : la cloche dédiée aux victimes de la pandémie destinée au Parlement européen, la cloche de la place de Tirana coulée avec des douilles récupérées pendant la guerre, la cloche pour la Tour de Pise, pour les églises de la Piazza di Spagna et de la Trinità dei Monti à Rome, pour l’OTAN, pour l’Expo de Milan et mille autres encore.

L’histoire de la fonderie Marinelli se confond avec celle des événements historiques et religieux, et de nombreuses cloches sont le fruit de la volonté des papes, à commencer par Pie XI, qui a accordé à la fonderie le titre de Pontificia en 1924.

Mais un livre ne suffirait pas à raconter l’histoire de la famille Marinelli, les rencontres d’émotion intime et de profonde spiritualité – comme celle avec Saint Pio de Pietrelcina ou avec la Mère espagnole Speranza du Sanctuaire de l’Amour Miséricordieux de Collavalenza – ou les nombreuses anecdotes qui ponctuent l’histoire millénaire de cette incroyable et merveilleuse réalité italienne.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire ou les étapes de traitement qui mènent à la création d’une cloche, vous pouvez accéder aux adresses suivantes :

campanemarinelli.com

Musée Marinelli Bell

C’est d’Agnone, au cœur de l’Alto Molise, que partent les carillons qui se répandent dans le monde entier.
symbole d’espoir, de foi, d’art, d’histoire et de culture.
Le musée Marinelli retrace l’histoire des bronzes sacrés et le travail des fondateurs de Marinelli qui, pendant plus de mille ans, ont été à l’origine de la création du musée.
années ont été consacrées à cette tradition.
Le musée Marinelli est le fruit de l’imagination du patriarche des cloches Pasquale Marinelli qui
qu’il a voulu dédier à la mémoire de ses ancêtres et des générations futures, et en particulier à son frère Hector le sculpteur
de la fonderie, qui mourut très jeune et qui lui donna plus tard le nom du Pape Jean II, en mémoire de son père.
visite le 19.3.1995.
C’est l’un des rares musées au monde à abriter une vaste collection de cloches, au nombre de trois cents, datant de l’Année européenne.
De mille à nos jours, de tous les clochers, catalogués, y compris les plus anciens de l’an mille,
des Abruzzes, de forge très simple, dépourvue de frises et d’inscriptions, avec un manche appliqué en
fer à la place de la couronne.
Chaque cloche a son propre son, ses propres inscriptions, ses propres frises et constitue une œuvre unique en son genre.
Selon l’époque et le fabricant, les décorations sont simples et évoluent de plus en plus.
complexes et élaborées et reproduisent des madones, des saints, des archanges, des croix ; elles passent du style gothique à la
baroque, néoclassique, Art nouveau et moderne, et le contenu des inscriptions est varié : prières, nouvelles, etc.
l’histoire, les noms des donateurs et des maîtres fondateurs.
Le musée a également voulu conserver des copies des cloches qui représentaient des moments historiques
les plus importants, ainsi que les documents prouvant l’octroi du titre de Pontifical par le Pape Pie XI
en 1924, centenaire qui sera commémoré par un timbre-poste, l’avènement de Jean Paul II dont la
signature authentique, la copie de la cloche du jubilé 2000 à laquelle la cloche de l’Union européenne est jointe.
Jubilé 2025, fusionné le 15 décembre 2023 en présence de Son Excellence Rino Fisichella.
Le musée abrite également des cloches endommagées, car contrairement à la croyance populaire, les
les cloches peuvent se détériorer en raison de phénomènes atmosphériques ou de la guerre.
Mais le musée est avant tout un lieu d’histoire, d’art et de culture, un centre d’étude de l’art campanaire, avec une riche collection d’objets d’art.
en commençant par les textes les plus anciens, comme l’édition de 1664 du Tintinnabulis de Girolamo Maggi,
a défini la Bible de l’art campanaire aux textes sur l’histoire de la Fonderie édités par Gioconda Marinelli.
Des conférences, des présentations de livres et des concerts de cloches organisés par le Maestro Giulio Costanzo se déroulent dans l’enceinte de l’Institut.
Le musée, qui est vivant et intégré à la fonderie, afin que le visiteur puisse passer de l’histoire et de la tradition à la réalité.
à la vision actuelle de l’artisanat qui se déroule dans la fonderie où sont fabriquées les cloches.

museocampanemarinelli.it